Libéré

Texte précédent : Les rôles
Enfin une bonne nouvelle, le 22 juin, jour de mon anniversaire, Pierre Laval annonce à la radio  qu’un prisonnier sera relâché, pour trois partant pour l’Allemagne et raconte des âneries en supplément honteusement. Mon oncle André est libéré, l’homme de confiance du stalag VII, il jure de ne pas avoir demandé sa libération. Il est si maigre. Il culpabilise d’être jeté dehors, il voulait échanger sa place avec un père de famille. Les Allemands n’ont pas accepté. La culpabilité portée est si lourde ; qu’il s’est pendu à l’église Saint-Étienne. Mon père s’effondre de chagrin, mon oncle si chrétien. Mon père se retrouve fils unique. Toute ma famille paternelle est décédée pendant l’occupation allemande. Nous apprenons également le décès de Gilbert Chevalier, fusillé en représailles d’un attentat contre la kommandantur. Que de mort encore !

Laisser un commentaire