Archives pour la catégorie Poesies

Ratures. 187

Quelques lignes écrites au crayon à papier en toute honnêteté,
Sur ma table d’écriture, remplaçant mon parchemin, mon vieux manuscrit,
Différentes pensées, ébauchées sur une toile blanche mystérieuse,
Corrigées dans la tête, évaporées, retoucher le nouvel énoncé,
 
Quelques vers simplifiés, effaçable sur une ligne incertaine penchée,
Quelques imperfections maniaques, avec le temps devenues obsessions,
Si facile à gratter la petite mine noire munis de sa gomme,
Raturer, estomper, faire un trou, zut ! Tout froisser, tout jeter, recommencer,
 
Réviser les passages mal interprétés d’une pièce de littérature,
Arracher les pages d’horreur, griffonner, barrer les phrases injurieuses,
Au gré de mes envies répéter les plus audacieuses, bisser et rougir,
Des qualificatifs de plaisir, les dissimuler, les biffer en somme,
 
Aiguiser de nouveau le crayon et sa mine, lui redonner l’allure,
Oublier querelles, déchirures, raccourcir, faire quelques corrections,
La vie sur une ligne indélébile d’orthographe automatique,
Rajouté dans l’espace cœur, un nuage pour les oubliés du passé,
 
Garder des refrains de mots neufs en échos sur une vieille page jaunie,
De l’ancien cahier de brouillon, jeté, oublié l’odeur des fleurs desséchées,
Remplacé par des smileys de couleurs dans la longue marge en souvenirs,
Comme les étoiles déguisées aux hôtels, pour des moments inoubliables.
 
Dessiner avec les oriflammes notre rencontre sur une page neuve,
Embellir d’une bannière avec les feutres faire de la technique,
Calligraphier ton patronyme à l’encre de chine le mettre en beauté,
Prendre un effaceur, éliminer les fautes, gommage du verbiage,
 
Oublier un trait d’esquisse, rater, ôter, rayer, rédiger un roman-fleuve,
Creuser ma mémoire, récapituler, ne pas répéter l’erreur passée,
Réfléchir, corriger, gommer, émarger, tracer, casser, ce n’est pas mentir,
C’est embellir.4

L’Île de Méthylène, Île Oubliée(le livre). 100

Une inconnue s’arrête dans un supermarché répond à une sonnerie de téléphone, après un petit moment de silence, de sa voix très affirmée, de son pas posé, elle lance : « – Oui ? Tu as très bien compris. C’est terminé ! » La femme passe son chemin comme si de rien n’était, je la suis des yeux impassibles. Mon regard sur son dos, ma pensée sort de ma liste de courses. La chevelure attachée stricte sur le haut de la tête, comme un champignon perdu, elle annonce cela comme une fin de rendez-vous chez le dentiste, « c’est fini pour aujourd’hui ». Mal « dedans » ou mal d’amour, est ce une rupture ?
 
Il ne pouvait pas s’agir d’une véritable histoire d’amour. La quête du bonheur, je croyais encore aux contes de fées et aux princes charmants. Comment le retrouver, entre rêve et réalité, entre tous ces mondes ?
 

Partage d’amour.101
 
Estimer, chérir, aimer et adorer,
Sentiments difficilement contrôlés,
Laissons l’âme s’évaporer peu à peu. Lire la suite